Santé Mentale

Comment activer le centre de soin de votre cerveau: la compassion

Juin 9, 2024

Compassion - Dr Axe

La qualité de cultiver et d’exprimer la compassion est au cœur de presque toutes les religions sur Terre, et constitue également un objectif majeur dans le domaine de la psychologie. Des concepts comme «pleine conscience» ou « méditation de bienveillance » connaissent une popularité croissante depuis plusieurs décennies, et aujourd'hui, de nombreuses preuves soutiennent la conviction que la compassion présente des avantages liés à la santé mentale et physique. Mais malgré ce que l’on pourrait penser de la compassion, il ne s’agit pas simplement d’être plus gentil ou plus agréable.

Plutôt que d'exiger que vous soyez d'accord avec tous ceux avec qui vous interagissez, la compassion signifie se montrer plus honnête, être plus présent et débranché, en restant ouvert aux retours et en étant vraiment à l'écoute. Le revue de Harvard business considère la compassion comme « une meilleure tactique de gestion que la ténacité ». (1) Et récemment dans un épisode de National Public Radio, un expert en Intelligence émotionnelle a parlé de l'importance de cultiver plus de compassion, spécifiquement pour des choses comme développer plus d'honnêteté dans les relations et même devenir plus productif au travail.

Les intervenants de l'épisode de NPR associent la compassion à l'idée de « justesse émotionnelle » ou à un comportement émotionnellement approprié envers les autres. La compassion est liée à l'intelligence émotionnelle/à l'exactitude car elle attire l'attention sur le ton et le langage corporel que nous utilisons lorsque nous parlons avec les autres, sur la façon dont nous faisons preuve de respect, gérons les commentaires ou les critiques et sur la façon dont nous faisons ressentir aux autres lorsqu'ils sont vulnérables autour de nous.

Bien sûr, personne ne fait preuve d'une parfaite compassion tout le temps, mais ceux qui s'efforcent d'agir délibérément avec plus de compassion ont tendance à avoir des relations plus solides, à se sentir plus heureux et plus confiants. ressentir de meilleures humeursmaintenir un mode de vie plus sain et rebondir plus efficacement face à l’adversité.

Voici la bonne nouvelle: peu importe où vous vous situez actuellement sur le spectre de la compassion par rapport au jugement/critique, vous pouvez développer davantage de compassion. La recherche suggère que les interventions de pleine conscience, en particulier celles comportant une composante supplémentaire de bienveillance, ont un fort potentiel pour accroître à la fois la compassion envers les autres dans le besoin, ainsi que l'auto-compassion.

Grâce à des pratiques comme la méditation (qui aide réellement développe ton cerveau!), en prenant du recul, en vous ouvrant sur vos insécurités et en faisant du bénévolat pour aider les autres, vous remarquerez peut-être une augmentation considérable de vos émotions positives et de votre qualité de vie. (2)


Qu’est-ce que la compassion ?

La définition de la compassion est « la pitié compatissante et le souci des souffrances ou des malheurs des autres ». (3) Que signifie exactement être plus compatissant ? D'autres façons dont nous décrivons couramment la compassion incluent la démonstration d'empathie, de sympathie, d'attention, d'inquiétude, de sensibilité, de chaleur ou simplement d'amour. À quoi ressemblerait le contraire de la compassion ? Indifférence, cruauté et critiques acerbes.

Certains experts en compassion décrivent la compassion comme le fait de « souffrir avec ». Cela peut signifier de la souffrance ainsi que une autre personne ou même avec toi-même dans le cas de l’auto-compassion. En d’autres termes, cela signifie arrêter le jugement/l’évaluation et résister à l’acte de qualifier les gens (y compris nous-mêmes) de « bons » ou de « mauvais ». La compassion signifie simplement accepter avec un cœur ouvert et bienveillant et reconnaître que chacun a des forces et des faiblesses.

La compassion semble avoir des racines évolutives, c’est pourquoi les biologistes pensent que nous sommes tous nés avec. Sa fonction première semble être de « faciliter la coopération et la protection des faibles et de ceux qui souffrent ». Il a également été démontré que la compassion augmente les comportements liés aux modes de prestation de soins, notamment le toucher, les postures non menaçantes et l'expression des sentiments. (4)

Connexes: Dangers de la positivité toxique + Que faire à la place


Notre compassion est-elle en déclin ?

Une grande partie du débat sur la nécessité d’une compassion accrue porte sur la question de savoir si le fait de vivre à l’ère numérique peut avoir un impact sur notre capacité à faire preuve d’empathie, à être vulnérable envers les autres et à ne pas porter de jugement. Une conséquence évidente est que de nombreuses personnes souffrent désormais de nomophobie, ou la peur de se retrouver sans son smartphone. Étant donné que l’utilisation des téléphones portables pour envoyer des SMS, des appels vidéo pour communiquer et des médias sociaux pour « socialiser » est sans précédent dans l’histoire de l’humanité, ces formes d’interaction peuvent fondamentalement être considérées comme une vaste expérience sociale.

Les chercheurs se penchent désormais sur les questions importantes concernant l'utilisation des plateformes sociales qui nécessitent moins de temps en face-à-face et nos niveaux de bonheur. Nous nous demandons s’il est possible que ces formes de communication numérique pratiques et omniprésentes étouffent considérablement notre compassion et notre bien-être.

Plusieurs études ont indiqué que l'utilisation prolongée des sites de réseaux sociaux (SNS) tels que Facebook peut être liée à des signes et symptômes de dépression. (5) Les experts estiment qu'il existe plusieurs raisons pour lesquelles la communication numérique et l'utilisation des médias sociaux peuvent diminuer la compassion et les sentiments positifs : elles augmentent les comparaisons entre les classes sociales, rendent plus difficile la compréhension précise des commentaires et déforment nos réalisations, nos priorités et/ou nos valeurs.

Lire  Étude sur le bonheur: qu'est-ce qui nous rend heureux et en bonne santé?

Par exemple, l’utilisation des médias sociaux permet de se comparer facilement aux réussites des autres et donne l’impression que nous ne faisons pas les choses correctement. Et lorsque nous ne pouvons pas utiliser le langage corporel et le ton pour communiquer par SMS ou par courrier électronique, nous pouvons être plus facilement incompris ou plus susceptibles d'être durs ou audacieux lorsque nous communiquons.

Outre l’utilisation des appareils numériques, notre classe sociale semble également influencer les sentiments de compassion envers les personnes qui souffrent. Des études ont montré que les personnes les moins riches sont plus susceptibles de déclarer éprouver de la compassion envers les autres. Recherche discutée dans Amérique scientifique suggère également que le contraire est vrai : à mesure que les gens gravissent l’échelle sociale et acquièrent plus de richesse, leurs sentiments de compassion envers les autres ont tendance à diminuer. (6)

Des études ont montré que les individus des classes supérieures sont moins capables de reconnaître les émotions des autres, moins susceptibles de prêter attention aux personnes avec lesquelles ils interagissent et moins susceptibles de prendre soin des personnes vulnérables. Pourquoi ? Il semble que la richesse et l’abondance « nous donnent un sentiment de liberté et d’indépendance par rapport aux autres. Moins nous devons compter sur les autres, moins nous nous soucions de leurs sentiments.

Pendant ce temps, plus nous pouvons travailler, faire des achats et continuer tout cela dans le confort de notre foyer sans réellement interagir avec les autres en face à face, plus ces problèmes risquent de s'aggraver. Pour aggraver les choses, plus nous glorifions et présentons nos propres succès sur le Web à la vue de tous, plus peu sûr de lui et anxieux nous pouvons faire ressentir à d'autres qui sont moins accomplis.


Pouvez-vous développer la compassion ? Oui! Et voici comment

Heureusement, la recherche suggère qu'il est possible d'accroître la compassion, à la fois envers les autres et envers soi-même (ce que l'on appelle « l'auto-compassion », qui est abordée plus en détail ci-dessous). Même si vous ne comptez pas physiquement sur de nombreuses personnes en ligne ou même dans votre communauté pour répondre à vos besoins fondamentaux, vous pouvez toujours bénéficier d'une meilleure prise de vue et d'un sentiment plus connecté.

Nous pouvons, en fait, réapprendre la compassion qui a peut-être été perdue en raison de facteurs tels que l’expérience d’un stress élevé, l’obtention d’une indépendance financière ou un traumatisme émotionnel ou une trahison. Cela rapporte en nous apprenant à traiter les gens avec plus de respect, de pardon et de compréhension.

Voici plusieurs façons dont la recherche suggère que nous pouvons améliorer notre compassion:

1. Méditation

L'une des meilleures façons de développer davantage de compassion est de pratiquer méditations guidées qui se concentrent sur des qualités comme le pardon, l’amour et la gentillesse. La méditation sur la bienveillance nous rappelle que nous recherchons et méritons tous. Nous ne méritons ni plus ni moins que quiconque, car nous sommes tous animés par un désir intérieur d’éviter la souffrance et de trouver la paix. Utiliser la méditation pour accroître la compassion en fait une habitude dans la vie quotidienne, vous permettant d’établir une manière plus saine de communiquer avec vous-même et avec les autres. (7)

Une fois que vous êtes familiarisé avec le fonctionnement de la méditation sur la bienveillance, vous pouvez pratiquer seul sans aucun enregistrement, vidéo ou livre tout en bénéficiant des bienfaits de la compassion en seulement 10 à 20 minutes de méditation par jour. Méditer régulièrement sur la compassion vous aidera à comprendre comment votre jugement continu sur vous-même peut vous nuire, vous retenir et diminuer la satisfaction dans vos relations.

2. Se permettre d'être plus vulnérable

Cela peut sembler contre-intuitif, mais les gens ont tendance à être attirés par d’autres personnes plus vulnérables et plus ouvertes sur leurs problèmes. Lorsque vous êtes honnête avec les autres au sujet des difficultés, cela contribue à renforcer la confiance et la fidélité. Se sentir à l'aise avec la vulnérabilité peut signifier prendre plus de risques au travail, rencontrer de nouvelles personnes, essayer de nouveaux passe-temps où vous vous sentez « dans votre élément » ou dans votre zone de confort et ne pas remettre à plus tard les conversations difficiles. Toutes ces situations inédites permettent de reconnaître que nous tous ont des sources de peur et d'incertitude et ce n'est pas grave.

Compassion - Dr Axe

3. Pratiquer la gratitude (envers vous-même et les autres)

Lorsque vous deviendrez plus conscient et apprécierez bien choses que vous ou d'autres faites, il est généralement plus facile d'accepter le défavorable les choses aussi. Exprimer sa gratitude pour ses propres forces, réalisations, relations, mentors et bonnes intentions permet de faire face plus facilement aux moments plus difficiles et aux faiblesses. On peut en dire autant de l’appréciation des autres.

La gratitude et la compassion s'opposent parce qu'elles reconnaissent toutes deux que les choses ou les personnes ne sont généralement jamais noires ou blanches, mais quelque part entre les deux et en constante évolution. Des études ont montré que la gratitude et le bien-être spirituel sont liés à Meilleure humeur et le sommeil, moins de fatigue et plus d'efficacité personnelle grâce à une diminution du stress. (8)

Lire  Le problème de consommation d’alcool en cas de pandémie est toujours d’actualité – Comment réduire

4. Bénévolat

Aider les autres est l’un des moyens les plus sûrs de se sentir presque instantanément plus heureux et plus connecté. De plus en plus de données probantes soulignent l’importance suprême de la compassion dans la fourniture de soins de haute qualité et de grande valeur à ceux qui font du bénévolat ou travaillent professionnellement auprès de personnes dans le besoin, notamment les médecins, les infirmières et les secouristes. Faire du bénévolat auprès de ceux qui sont dans le besoin ou qui traversent une période difficile peut vous faire sentir plus reconnaissant, utile et solidaire tout en donnant à la vie un plus grand sens. (9)


L’importance peu comprise de l’auto-compassion

Il peut sembler que « être dur avec nous-mêmes » serait un bon moyen de nous motiver à changer pour le mieux, mais les recherches suggèrent en réalité le contraire. Si nous sommes dans une situation difficile ou stressante, nous prenons rarement le temps de prendre du recul et de reconnaître à quel point il est difficile de vivre ce moment-là. Au lieu de cela, nous pouvons nous tourner vers nous-mêmes, nier l’existence du problème, blâmer les autres ou simplement nous sentir désespérés.

Le Dr Kristin Neff, l'un des principaux experts en matière d'auto-compassion, a déclaré que « l'un des inconvénients de vivre dans une culture qui met l'accent sur l'éthique de l'indépendance et de la réussite individuelle est que si nous n'atteignons pas continuellement nos objectifs idéaux, nous nous pensons que nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes. Faire face à la pression de la société peut amener certains à développer signes de narcissisme lorsqu'ils ne sont pas capables d'assumer la responsabilité de leurs échecs ou de vivre des épisodes dépressifs dans des moments difficiles.

Pratiquer l’auto-compassion signifie abandonner les attentes irréalistes ou rechercher la perfection qui nous fait nous sentir insécurisés et insatisfaits. Au lieu de cela, cela ouvre la porte à une satisfaction réelle et durable, ainsi qu’à plus d’honnêteté et d’appréciation. En nous accordant une gentillesse et un réconfort inconditionnels tout en acceptant les difficultés et les difficultés rendez-vous, nous évitons les schémas destructeurs de peur, de négativité et d’isolement. L’auto-compassion tend également à accroître les états d’esprit positifs qui sont bénéfiques pour ceux qui nous entourent, comme la satisfaction et l’optimisme, tandis que réduire les niveaux de stress.

Connexes : Qu'est-ce qu'un monologue interne ? (Et est-ce que tout le monde en a un ?)


5 avantages de la compassion

1. Moins d'anxiété et de dépression

L'insécurité, l'anxiété et la dépression sont désormais des problèmes incroyablement courants dans de nombreuses sociétés industrialisées, en particulier aux États-Unis. Les experts estiment que cela est dû en grande partie à des comparaisons et à un jugement de soi constants, ou au fait de s'en vouloir lorsque nous sentons que nous ne « gagnons pas » jeu de la vie » ou se démarquer assez bien de nos pairs. Parce que le jugement de soi nourrit l'anxiété et la dépression, tout en augmenter les niveaux de cortisoldevenir plus compatissant envers vous-même peut avoir des effets et des avantages protecteurs majeurs.

Être plus compatissant signifie se traiter avec la même gentillesse et le même soin que vous feriez envers un bon ami, ou même un étranger d'ailleurs. Et même si cela semble être le cas, il ne s’agit pas d’un acte égoïste. Sharon Salzberg est l'une des expertes mondiales en matière de méditation sur la bienveillance ; elle explique que l'autocompassion n'est pas la même chose que le narcissisme, l'égocentrisme ou l'égoïsme. Salzberg dit que « se soucier compulsivement de « moi, moi et le mien » n'est pas la même chose que de s'aimer soi-même. S'aimer nous-mêmes nous montre des capacités de résilience et compréhension dans. » (dix)

Lorsque nous comprenons mieux que tout le monde est confronté à des problèmes, a certaines insécurités, des faiblesses de caractère et connaît des revers, nous réalisons que nous ne sommes pas seuls ni même nécessairement responsables de tous nos problèmes. Cela nous aide à voir notre situation plus clairement, à ressentir moins le besoin de nier ou de fuir les problèmes de notre vie et à commencer à nous ouvrir aux autres afin de nous sentir plus soutenus et acceptés.

2. Des relations plus significatives et honnêtes

Les psychologues utilisent le terme « comparaison sociale descendante » pour décrire notre tendance à voir les autres sous un jour négatif afin de nous sentir supérieurs par contraste. Un manque de compassion envers soi-même peut nous amener à agir de manière néfaste envers les autres, afin de protéger notre propre ego des critiques. (11)

Le Dr Neff explique que « le désir de se sentir spécial est compréhensible. Le problème c’est que par définition, il est impossible pour tout le monde d’être au-dessus de la moyenne. Comment pouvons-nous faire face à cela ? Pas très bien. Pour nous voir de manière positive, nous avons tendance à gonfler notre propre ego et à rabaisser les autres afin de nous sentir bien en comparaison. Mais cette stratégie a un prix : elle nous empêche d’atteindre notre plein potentiel dans la vie.

Bien qu'il soit très courant de rechercher les défauts et les faiblesses des autres pour se sentir mieux dans sa peau, l'habitude d'une comparaison sociale descendante nous nuit plutôt qu'elle ne nous aide en diminuant la satisfaction relationnelle. Le manque de compassion nous ferme aux commentaires et nous empêche de reconnaître que nos propres faiblesses sont parfois à l’origine de désaccords. Abandonner l’espoir de perfection en nous-mêmes et chez les autres nous aide à considérer les faiblesses de caractère comme « une partie de l’expérience humaine partagée ». Cela nous aide à rester flexibles et honnêtes, à nous sentir plus connectés aux autres et à considérer notre famille, nos amis et nos collègues comme étant tout aussi imparfaits et vulnérables que nous.

Lire  Fatigué et stressé ? Vous pourriez avoir un déficit de Qi

3. Amélioration de la productivité au travail

Au travail, que vous soyez employeur ou employé, la compassion peut aider l'entreprise à obtenir de meilleurs résultats en ouvrant un dialogue plus honnête entre collègues et en laissant plus de place au coaching, à l'établissement de relations et à l'échange de commentaires. Il a été constaté que les patrons qui suspendent leur jugement, leur colère ou leur frustration lorsqu'ils gèrent les erreurs de leurs employés et adoptent plutôt une approche compatissante et curieuse sont capables d'avoir un plus grand impact global. Il semble que lorsque les employés se sentent moins attaqués et jugés, ils sont plus disposés à être honnêtes, à assumer la responsabilité de leurs actes et à corriger leurs erreurs.

Des études ont également montré que la compassion, la reconnaissance et la curiosité augmentent la fidélité, la satisfaction au travail et la confiance des employés. Une recherche menée par l'Association des techniciens comptables, par exemple, a révélé que les sentiments de «chaleur et de relations positives» au travail ont plus d'influence sur la loyauté des employés que le montant de leur salaire! (12)

Les facteurs et attitudes liés au travail qui l'emportent sur l'importance du salaire comprennent les relations avec les collègues, le sentiment d'estime de soi et la nature du travail lui-même. Les relations au travail étant considérées comme le prédicteur le plus important du bonheur au travail, il est logique qu'un tiers des personnes interrogées aient quitté un emploi bien rémunéré parce qu'elles ne se sentaient pas comprises, appréciées ou soutenues.

4. Moins de colère, de reproches et de conflits avec les autres

Afficher le contraire de la compassion des choses comme la colère, le blâme, la critique ou la frustration a tendance à affaiblir les relations, à éroder la loyauté et à promouvoir le secret, la méfiance et l'embarras. Il a été constaté que le maintien de relations solides est l’un des facteurs les plus protecteurs pour la santé et un aspect important pour la santé. bonheur et longévité. Il est donc logique que l’autocritique continue, ainsi que le jugement envers les autres, puissent entraîner une augmentation du stress émotionnel et de nombreux problèmes de santé qui en découlent.

Les jugements que nous portons sur les autres ne leur nuisent pas seulement, ils nous nuisent également. Plus nous sommes critiques, plus nous pensons que notre environnement est globalement dangereux. Lorsque nous nous sentons plus en sécurité, la réponse de notre cerveau au stress est plus faible ; par conséquent, exprimer de la compassion nous aide à vivre avec plus de facilité et de tranquillité d’esprit.

5. Santé et immunité améliorées

L'auto-compassion implique de rechercher la santé et le bien-être pour vous-même, ce qui conduit à un comportement proactif qui améliore généralement votre situation. L’un des aspects les plus bénéfiques de la compassion est qu’elle aide à résoudre les « distorsions » internes, notamment en rationalisant ou en niant nos problèmes. Se sentir suffisamment en sécurité pour baisser la garde est lié à une meilleure santé physique et à une meilleure immunité, car cela nous permet de visualiser avec précision les conséquences de nos actions, d’œuvrer à un changement durable et de mieux gérer le stress. Plusieurs études ont également montré que les personnes ayant des problèmes de santé et qui ont un niveau élevé d'auto-compassion sont moins déprimées par ces problèmes et sont plus susceptibles de demander l'aide d'un médecin que les personnes ayant un faible niveau d'auto-compassion. (13)

Lorsque nous pouvons être honnêtes avec nous-mêmes et avec les autres sur la façon dont nous nuisons à notre santé, nous pouvons alors décider quoi faire pour améliorer nos habitudes. Par exemple, si nous mangeons fréquemment trop de malbouffe, ce qui entraîne une prise de poids ou fumons des cigarettes, nous pouvons nous sentir trop gênés pour discuter de ces problèmes avec d'autres ou demander de l'aide.

Faire preuve de compassion envers nous-mêmes et savoir que chacun a des problèmes avec lesquels il lutte nous aide à nous attaquer honnêtement aux causes profondes de ces habitudes malsaines, à prendre nos responsabilités et à rechercher du soutien. L’auto-compassion nous aide également à rester concentrés sur nos objectifs et à faire preuve de résilience en cas de revers ou de dérapages, ce qui nous rend moins susceptibles de renoncer à améliorer nos habitudes lorsque nous dévions du cap.


Réflexions finales sur l’augmentation de la compassion

  • La compassion est « une pitié compatissante et une préoccupation pour les souffrances ou les malheurs des autres ». Nous pouvons faire preuve de compassion envers les autres et aussi envers nous-mêmes.
  • Les avantages de la compassion comprennent de meilleures relations, moins de stress, une plus grande probabilité de s’en tenir à des habitudes saines et une meilleure productivité au travail.
  • Des habitudes comme la méditation, vraiment écouter les autres, être plus disposé à paraître vulnérable, faire du bénévolat et pratiquer la gratitude sont toutes utiles pour accroître la compassion.

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *