Santé Mentale

Rapport sur le bonheur dans le monde : où se classent les États-Unis ?

Juin 29, 2024

Rapport de bonheur - Dr Axe

Peut-on mesurer le bonheur d’une population ? Le World Happiness Report le pense. Le rapport, publié pour la première fois en 2012 par le Réseau de solutions de développement durable des Nations Unies, classe 156 pays en fonction de leurs niveaux de bonheur et de bien-être. Chaque année, les chercheurs publient le rapport à l'occasion de la Journée internationale du bonheur.

Cette année, en plus de son classement habituel sur les niveaux de bonheur dans le monde, le rapport se concentre sur la migration au sein et entre les pays ; 117 pays sont classés selon le bonheur de leurs immigrants. Ils examinent non seulement comment les personnes qui effectuent le déménagement sont affectées, mais aussi comment ceux qui restent et ceux qui vivent déjà dans la destination s'en sortent. Il n’est peut-être pas surprenant que les pays qui sont globalement les plus heureux aient tendance à avoir les immigrants les plus heureux. Au-delà de cela, les auteurs du rapport ont consacré une section spéciale à la tentative de comprendre pourquoi les niveaux de bonheur sont en chute libre aux États-Unis. L'Amérique a-t-elle oublié Comment être heureux?


Quels sont les pays les plus heureux du monde ?

En 2018, même si les chiffres ont légèrement changé, les 10 premiers pays sont les mêmes que les deux dernières années. Comme d’habitude, les pays scandinaves regorgent de gens toujours heureux et satisfaits. La Finlande est arrivée première, suivie par la Norvège et le Danemark. Le top 5 est complété par l'Islande et la Suisse. Le Canada, notre voisin du nord, a atteint la septième place, tandis que la Nouvelle-Zélande, la Suède et l'Australie se sont classées dans le top 10.

Les États-Unis ont perdu cinq places, passant de la 13e à la 18e place. En fait, nous n'avons jamais réussi à entrer dans le top 10. Le Burundi a marqué alors que le pays le moins bien classé était au 156e rang. (1)

Rapport de bonheur - Dr Axe

Rapport sur le bonheur: Top 25 des pays les plus heureux au monde
  1. Finlande
  2. Norvège
  3. Danemark (Ce pays est célèbre pour ses sources de bonheur hygge. Vérifiez-le!)
  4. Islande
  5. Suisse
  6. Pays-Bas
  7. Canada
  8. Nouvelle-Zélande
  9. Suède
  10. Australie
  11. Israël
  12. L'Autriche
  13. Costa Rica
  14. Irlande
  15. Allemagne
  16. Belgique
  17. Luxembourg
  18. États-Unis
  19. Royaume-Uni
  20. Emirats Arabes Unis
  21. République tchèque
  22. Malte
  23. France
  24. Mexique
  25. Chili
Lire  Comment fonctionne la thérapie comportementale dialectique (TCD) + avantages

Pour dresser cette liste, les chercheurs se concentrent sur les six variables clés qui contribuent au bonheur d’un pays:

Annonce

  • PIB par habitant
  • Espérance de vie en bonne santé
  • Soutien social (mesuré par le fait d'avoir quelqu'un sur qui compter en cas de difficultés)
  • Confiance (mesurée par l'absence de corruption dans les entreprises et le gouvernement)
  • Liberté de prendre des décisions de vie
  • Générosité (mesurée par le nombre de dons récents)

Étant donné que les moyennes nationales ont tendance à être très proches, même de petits changements dans un pays au cours de l'année peuvent avoir un impact sur un classement.


Principaux déterminants du bonheur et de la misère (peu importe où vous vivez)

Il pourrait être surprenant qu'une grande partie du bonheur d'un pays repose sur des facteurs sociaux, mais c'est pourtant le cas. Les chercheurs ont découvert qu’élever les bases sociales des pays de niveau inférieur au niveau de la moyenne mondiale produirait une énorme augmentation du bonheur. En fait, l'effet serait plus important que l'augmentation simultanée du PIB par habitant d'un pays et de son espérance de vie en bonne santé. Par exemple, pour accroître le bonheur, il faudrait s'assurer que les gens ont quelqu'un à qui compter dans les moments difficiles.

Avoir un système de soutien fiable lorsque les temps sont durs équivaut à lui seul à une multiplication par 16 des revenus annuels – cela se traduit par un salaire de 10 000 $ au lieu de 600 $.

De façon intéressante, maladie mentale joue également un rôle majeur dans les niveaux de bonheur et de misère des pays. La plupart des études n'incluent pas la santé mentale comme moyen de déterminer le degré de satisfaction des gens dans leur vie, mais ces problèmes ont certainement un effet sur ce que nous ressentons à l'égard de notre vie quotidienne et de l'avenir.


Résultats du rapport sur le bonheur: que se passe-t-il en Amérique?

Ici, en Amérique, nous sommes passés de la 13e place en 2017 à la 18e place dans le World Happiness Report, qui était déjà en baisse par rapport à la 12e place en 2016. Qu'est-ce qui donne ?

Les États-Unis, suggèrent les auteurs de l’étude, souffrent du paradoxe d’Easterlin. Même si nos niveaux de revenus ont plus que doublé depuis 1972, nos niveaux de bonheur sont restés les mêmes ou ont diminué. Qu'est-ce qui nous rend si malheureux ? Un trio de problèmes de santé : l’obésité ; la toxicomanie, en particulier la dépendance aux opioïdes ; et signes de dépression. (2) Même si certains d'entre nous gagnent plus d'argent, parce que d'autres facteurs dans la vie américaine se détériorent, nous ne connaissons pas l'augmentation du bonheur à laquelle les experts s'attendraient.

Lire  Qu’est-ce que le stress chronique ? Apprenez à surmonter naturellement

Alors que plusieurs des déterminants du bonheur aux États-Unis déclinent régulièrement – ​​notamment nos réseaux de soutien social et notre confiance dans les institutions publiques – c'est notre santé publique qui est la principale responsable de notre malheur croissant, selon le rapport. Alors que la santé publique des autres pays à revenu élevé s’améliore régulièrement, la nôtre ne suit pas le rythme ; en fait, il est carrément en déclin. En 2015, nos années de vie en bonne santé étaient 4,3 années inférieures à celles des cinq pays où l'espérance de vie est la plus longue, à savoir le Japon, la Corée, la Suisse, l'Italie et Israël, et cette baisse devrait encore diminuer.

L’épidémie d’obésité joue un rôle important dans la baisse de notre niveau de bonheur. L'étude met en évidence une teneur élevée en sucre et aliments ultra-transformés pour leur rôle dans la prévalence de l'obésité et des maladies métaboliques aux États-Unis, mais souligne également les effets psychologiques de ce trouble sur les personnes, notamment une qualité de vie moindre, l'anxiété et la dépression.

Le épidémie d'opiacés aux États-Unis ne devrait pas non plus être écartée. En décembre 2017, les Centers for Disease Control des États-Unis ont annoncé que l'espérance de vie dans le pays avait diminué pour la deuxième année consécutive. Selon les auteurs de l’étude, « ce renversement de la tendance à la hausse de l’espérance de vie est choquant et presque sans précédent pour un pays riche au cours des dernières décennies ». Selon le CDC, la toxicomanie, en particulier les opioïdes, a beaucoup à voir avec ce déclin.

La prévalence des opioïdes sur ordonnance, comme l’OxyContin, aux États-Unis pèse lourdement sur les résultats, tout comme le marketing massif déployé par les sociétés pharmaceutiques pour mettre ces médicaments entre les mains des patients. Aux États-Unis, un patient sur cinq sans diagnostic de cancer ou de douleur se voit prescrire des médicaments opioïdes, tandis que les ventes de ce médicament ont quadruplé entre 1999 et 2014. (3)

Lire  Le problème de consommation d’alcool en cas de pandémie est toujours d’actualité – Comment réduire

Enfin, la santé mentale aux États-Unis est en difficulté. Dépression clinique, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes, même après contrôle de la toxicomanie et des facteurs sociodémographiques. De manière effrayante, il semble que la technologie puisse jouer un rôle dans tout cela : les personnes déprimées se tournent vers leurs écrans pour se soulager, tandis que d’autres peuvent développer des comportements addictifs à des activités basées sur la technologie comme les jeux vidéo et en souffrir.

Alors, qu’est-ce qui manque aux États-Unis, si ce n’est les pays qui obtiennent de meilleurs résultats dans le rapport sur le bonheur ? Les chercheurs ont quelques idées :

  • L’inégalité des revenus est un facteur de risque pour les trois épidémies — obésitéla toxicomanie et la dépression.
  • Les trois épidémies se renforcent mutuellement. Si vous êtes obèse, vous courez un risque de dépression. Si vous êtes déprimé, vous pourriez être plus susceptible d'abuser d'une substance, etc.
  • Notre système de santé, bien qu’il soit de loin le plus coûteux au monde, n’est pas adapté à ces problèmes de santé publique. Aux États-Unis, l’accent est mis sur le traitement et non sur la prévention.
  • Enfin, une culture qui permet aux grandes sociétés pharmaceutiques de vendre des opioïdes et à l’industrie de la restauration rapide de vendre des produits aux enfants et d’utiliser toutes sortes de produits alimentaires transformés est en partie responsable de cette situation. Il est difficile d’apporter des changements lorsque le lobbying des entreprises met fin aux réglementations instituées par d’autres pays (plus heureux).

Que vous soyez d'accord ou non avec l'évaluation du rapport, celui-ci constitue certainement une matière à réflexion intéressante.


Réflexions finales sur le rapport sur le bonheur dans le monde

  • Quel est le pays le plus heureux du monde ? Selon le World Happiness Report, en 2018, c'est la Finlande !
  • Les 10 pays les plus heureux obtiennent tous des résultats élevés dans ces 6 domaines: PIB par habitant, espérance de vie en bonne santé, soutien social, confiance (mesurée par l'absence de corruption dans les entreprises et le gouvernement), liberté de prendre des décisions de vie et générosité.
  • Les États-Unis n'ont jamais fait partie du top 10 depuis que le rapport annuel a commencé à répertorier les pays les plus heureux en 2012.
  • Même si le PIB américain augmente, le niveau de bonheur diminue. Nous avons perdu cinq places cette année au 18e rang.
  • Il existe trois problèmes majeurs de santé publique qui affectent considérablement notre niveau de bonheur en Amérique : l’obésité, la toxicomanie et la dépression.

Lire ensuite: Aliments qui améliorent l'humeur: 7 aliments pour plus de bonheur

Laisser un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *